En

The Researchers

Profile Image of Dr Yasser Iturria Medina

Le but de mes efforts

« Les souvenirs et les émotions ont une valeur universelle. Ils nous appartiennent à tous; ils définissent l’histoire personnelle de l’humanité. Chaque fois que la maladie d’Alzheimer dérobe un souvenir et les émotions qui y sont associées, le monde s’en trouve appauvri. Nous n’avons pas de temps à perdre, nous devrions tout faire pour mettre un terme à de telles pertes. Je pense que nous trouverons un remède. Nous devons persévérer. »

docteur

Yasser Iturria Medina

Notes biographiques

Yasser Iturria-Medina illustre très bien l’interaction grandissante entre les neurosciences et la science informatique, ainsi que la collaboration internationale qui décuple notre compréhension de la démence. Ce jeune homme doué d’un immense potentiel a suivi une formation en génie nucléaire à La Havane, à Cuba, avant de s’investir dans la recherche sur le cerveau. Il a séjourné en Espagne et en Chine en tant que chercheur invité, où il a perfectionné ses connaissances en neuroimagerie de la « substance blanche » qui relie les voies dans le cerveau. Après avoir obtenu un doctorat en sciences de la santé en 2013, il a commencé à travailler avec le Pr Evans à l’Institut neurologique de Montréal (INM).

À l’INM, Yasser a mis au point un modèle mathématique qui met en lumière la propagation de la pathologie de la maladie d’Alzheimer (MA) à travers les voies de substance blanche. Il en ressort que l’accumulation de la protéine toxique bêta-amyloïde dans la MA découle d’une élimination inadéquate, plutôt que d’une surproduction. L’application récente de ce modèle à l’analyse d’une grande base de données publique sur la MA a révélé que les tout premiers éléments du processus de la maladie comportent des dommages aux vaisseaux sanguins du cerveau. Ces deux résultats ont des incidences majeures pour la conception d’interventions visant à prévenir la propagation de la MA dans le cerveau. Yasser continue de développer ces approches mathématiques pendant que nous cherchons des biomarqueurs précoces de la MA, et d’autres démences, qui permettront d’intervenir plus rapidement qu’actuellement.

Ensemble, faisons toute une différence